Toutes les nouvelles !

9 juillet

A l’année prochaine…

Les applaudissements sont retombés, les comédiens ont repris une vie normale, le metteur en scène et les deux comédiens professionnels (Anouch Durand & Benoît Kopniaeff) ont pris le chemin d’Avignon, où ils joueront Le Petit Bal Perdu du 10 au 31 juillet (au Théâtre des Lucioles), mais tout n’est pas encore fini :

Il faut compter, trier, laver et raccommoder les costumes avant de les rendres aux compagnies qui les ont prêtées, et, surtout, il reste à démonter entièrement le chariot avant de le rendre à son propriétaire.

gresse41.jpg       

Enfin, les administrateurs sont dans la paperasse, déclarations sociales, press book et préparation de demandes de subventions pour l’année 2009. Car il y aura une suite !

Et quoi ? Chaque chose en son temps, laissons Michel Dibilio revenir d’Avignon.

 gresse43.jpg        gresse7.jpg

Un repos bien mérité…

 

5 juillet

Vous êtes formidables !

Environ 1300 spectateurs ont assisté aux cinq représentations du Capitaine Fracasse, bien au-delà de nos espérances. Un grand succès rendu possible par votre enthousiasme et par l’implication des associations locales. Que tous soient remerciés. L’accueil chaleureux réservé à la pièce a récompensé toute l’équipe au centuple pour la travail accompli en trois mois seulement. Le plaisir a été partagé pendant cette grande fête populaire et itinérante. Merci à tous les spectateurs, aux comités des fêtes, aux municipalités et à tous les partenaires du spectacle.

Bientôt sur ce site, le résumé de la pièce en photos commentées. 

 chariotcamion1.jpg

 

Le jour le plus long

A Monestier-de-Clermont, une représentation l’après-midi sous le soleil ardent a réuni près de 150 personnes dans le site très approprié du château de Bardonnenche : un saut au 17e siècle par la magie du cadre. Et un accueil superbe des propriétaires.

A Gresse-en-Vercors, environ 250 personnes ont patienté tard pour applaudir le spectacle dans le cadre enchanteur du Grand Veymont et des Dolomites françaises. Pour la dernière, les comédiens et toute l’équipe se sont donnés à fond pour faire de cette soirée une fête dans la fête.

4 juillet

 Grande soirée de fête à Mens

« La place est noire de monde, ils font un de ces tapages ». Cette réplique de la pièce s’est réalisée le temps d’un soir sur la place Richard-Béranger, où près de 500 personnes se pressaient pour essayer d’avoir la meilleure vue sur le spectacle. Un surcroît de tract pour les comédiens, dont beaucoup jouaient « à domicile  » et avaient à coeur de faire vibrer familles et amis. Mission réussie, si l’on en croit les applaudissements nourris. Et une surprise des comédiens au metteur en scène, sous forme d’une « gerbe finale « chantée en choeur après les saluts.

mensweb2.jpg

 

Changement de lieu à Mens

Ce soir à Mens, pour vous permettre d’assister au spectacle dans de bonnes conditions, le Capitaine Fracasse sera joué place Richard-Béranger (derrière l’église), au lieu de la place Paul-Brachet.

Après la soirée annulée de la veille, toute l’équipe bout de l’envie de tout… fracasser !

A ce soir.

 

3 juillet

Séance suplémentaire à Monestier-de-Clermont

Une pluie diluvienne nous a contraints à annuler la représentation de ce soir à Monestier. En remplacement, la pièce sera donnée samedi 5 juillet à 14h30, même lieu (château de Bardonnenche à Monestier-de-Clermont).

Qu’on se le dise !

 

Rendez-vous à Monestier-de-Clermont

Grand succès au Percy, où plus de 250 personnes ont assisté à la représentation, malgré des rafales de vent qui rendaient l’écoute malaisée. Puis grande fête très réussie, organisée par le comité des fêtes, dont l’accueil a été très chaleureux.

 lepercy1.jpg

lepercy2.jpg

Ce soir, rendez-vous au château de Bardonnenche, à Monestier-de-Clermont, en espérant que les nuages se dissipent d’ici là.

2 juillet

Ce soir au Percy

Les représentations reprennent ce mercredi soir au Percy et se succèderont tous les soirs jusqu’à samedi, pour cette dernière semaine de spectacle en plein air. Les représentations de Mens et de Monstier-de-Clermont devraient attirer du monde, n’hésitez pas à vous rendre au Percy et à Gresse-en-Vercors.

Au Percy, ce sera devant l’église, face au grand terre-plein enherbé qui coiffe la colline du village. Une soupe sera servie. Qu’on se le dise !

 agostin2.jpg

Le Percy se trouve en bordure de la RN 75, au sud de Clelles en direction de Sisteron. 

 

30 juin et 1er juillet

Les invisibles

A chaque représentation, ce sont les comédiens que vous applaudissez. Et si les comédiens vous invitent à adresser certains de ces applaudissements à de vagues silhouettes dans le noir, c’est aussi à ces invisibles et mystérieux personnages que vous devez la fééerie qui vous a enchantés. Lumière, son, mais aussi décors, costumes, accessoires, transport du chariot et des chevaux… beaucoup de personnes s’affairent dans l’ombre pendant, avan tou après la représentation. Et eux aussi ont droit à la gratitude du public à celle des comédiens. Nous vous dévoilons ici certains d’entre eux, et toutes nos excuses à ceux dont nous n’avons pas de photo assez présentable, leur tour viendra.

couture1.jpg         techniciens1.jpg           techniciens2.jpg

Hélène Battais,            Matthieu Dibilio et Lucien Deloule             Matthieu Dibilio et Frantz Parry

 son1.jpg             son2.jpg

Frantz Parry                                                   La régie son

 29 juin

Jour d’orage

Jupiter était de mauvaise humeur et a fait tonner l’orage tout l’après-midi. Malgré un report de deux heures, la représentation a dû être annulée. Le soir, grand beau temps, comme pour narguer les amoureux du théâtre. Un grand merci à tous ceux qui ne s’étaient pas découragés, venant parfois de loin. Un grand merci à l’équipe de Lecture et Détente, qui y a cru jusqu’au bout.

stjean1.jpg       stjean2.jpg

Ce sont les risques du plein air, nos techniciens ne maîtrisent pas encore les éléments. Mais ce n’est que partie remise : toute l’équipe a à coeur de vous offrir un spectacle encore plus pétillant pour la semaine qui vient. Non, mais !

 

28 juin

Un beau spectacle

La première a été un succès, une centaine de personnes ont eu le plaisir de partager celui des comédiens sous les cimes de l’Obiou. Un grand merci au comité des fêtes de Saint-Baudille, qui a assuré l’intendance de la soirée.

stbaudille8.jpg

 Visitez l’album photo Saint-Baudille pour plus d’images.

 Et maintenant, un jour de relâche bien mérité, le premier depuis un mois.

 

27 juin – Jour J

Grande première ce soir à Saint-Baudille

Tout le monde est prêt, du cheval de trait jusqu’aux brigands de toile confectionnés par Serge. Une dernière réparation pour l’épée de bois de Matamore, brisée dans la fougue du jeu.

Chers spectateurs, la troupe de Trièves en Scène, ses comédiens, ses techniciens, ses costumières, son metteur en scène, sont prêts à vous accueillir ce soir dans votre village. Que va-t-il se passer derrière ce rideau…?

                                             chariot19.jpg

Place au spectacle ! 

 

26 juin – J-1

Générale

Ce soir, c’est la générale : plus qu’une répétition, c’est le spectacle sans les spectateurs pour l’ultime mise au point des costumes, éclairages, sons et déplacements. Techniciens, couturières, décorateurs, accessoiristes travaillent sans relâche pour que les derniers détails soient prêts. La partition est maintenant bien au point. Tout le monde, jusqu’au cheval qui tire le chariot de Thespis, sait ce qu’il a à faire. On n’attend plus que vous, cher public, pour que la fête commence, dès vendredi soir à Saint-Baudille, à côté de Mens. Qu’on se le dise !

thespis2.jpg     rencontrecavaliers2.jpg

 

25 juin J-2

Ca chauffe !

Toutes les équipes travaillent sans relâche. Le chariot est maintenant équipé de la structure qui accueillera sa bâche et les rideaux de scène, ainsi que des brancards de trait. Le cheval a eu l’occasion de le tirer, tout s’est bien déroulé.

Les derniers costumes sont à la mise au point (costume de Matamore, costume de spadassin), les derniers raccomodages sont en cours, des fourreaux d’épées sont en cours de confection et les perruques vont recevoir un bon coup de brosse.

Les comédiens répètent maintenant 7 heures par jour, en après-midi et en soirée. Les arrivées des cavaliers et les combats en sont à leurs derniers réglages, les musiques qui les illustreront ont été choisies.

attente2.jpg      cavaliers4.jpg

tristecortge2.jpg     chiquita1.jpg     agostinchiquita.jpg

De la fatigue, de la nervosité et beaucoup de plaisir pour vous offrir un spectacle réussi.

24 juin – J-3

Comment ça va se passer

Dans chacun des six lieux de représentation, l’accueil des spectateurs, la billetterie, la buvette et la restauration sont pris en charge par les associations locales, que nous remercions pour leur implication  : sans elles, les représentations n’auraient pu avoir lieu. Les spectateurs seront accueillis à 20h30 et pourront se restaurer (sandwich, frites, etc.) après la représentation, qui dure 1h30 environ. Vous pouvez aussi apporter votre en-cas.

entrée 

 

23 juin – J-4

Les choses se précipitent…

Le travail est très intense maintenant pour tout le monde : comédiens bien sûr, mais aussi couturières, bricoleurs de chariot, technique son et lumières, bastonneurs et bastonnés. Les filages se succèdent et incluent maintenant l’arrivée du chariot et son déploiement par les comédiens.

déclaration d'amour

22 juin – J-5 

Une longue après-midi

Très longue après-midi sous le soleil : la troupe entre dans la dernière ligne droite, la pièce va maintenant être répétée chaque jour dans sa totalité, avec tous les comédiens, figurants, cavaliers, enfants, costumes, accessoires et bande son. Tout le monde sur le pont donc, pour un « filage » qui commence à ressembler furieusement à la générale.

Les sbires arrivent

Le temps de régler une bastonnade, de faire répéter les enfants et de vérifier costumes et accessoires un par un, le filage a pu commencer vers 20 heures, pour se terminer sous la toute première étoile. Pour la première fois, cela ressemblait au spectacle définitif. Inutile de préciser que tout n’était pas parfait, comme pour toutes les premières fois.

Et le premier barbecue de l’année (enfin !) fut bien mérité.

21 juin - J-6

Jour de l’été et splendide beau temps ! Les comédiens peuvent enfin répéter dehors, un entraînement indispensable pour apprendre à parler en plein air. Même s’ils joueront adossés à des bâtiments, il leur faudra se faire entendre des spectateurs des derniers rangs, à quelques dizaines de mètres de là. Rien de tel que répéter en plein air pour se faire la voix.

Parler fort sans s’arracher la gorge et en articulant correctement, se faire entendre même lorsque l’on sussure à l’oreille de la douce Isabelle : un travail technique pour lequel ils sont efficacement entraînés par Anouch et Benoît. Avec de drôles d’exercices crayon en bouche…

sophiem2.jpg        sophieg5.jpg

 

20 juin - J-7

Le chariot est arrivé

Le chariot des comédiens, dit « chariot de Thespis », est enfin arrivé sur le lieu de répétition à Cornillon et les comédiens peuvent maintenant répéter  »grandeur nature », pour le plus grand plaisir de tous. 

chariot en route       arrivée du chariot       

   répétition sur chariot      chariot

 

Après le travail, la fête !

On sait aussi faire la fête après les répétitions, et c’est bien mérité :

la fête      fête

Réglages

Encore beaucoup de travail pour cette dernière semaine. Si les comédiens ont maintenant leurs personnages bien dans la peau, il reste une foule de détails à régler : une attitude, une démarche, un phrasé, un déplacement, mais aussi les entrées et sorties.

Le week-end sera consacré à travailler avec les cavaliers, à régler le duel final et une bastonnade d’anthologie. Plus une ou deux chansons à apprendre, réintégrées en dernière minute.

Et surtout, apprendre à installer le chariot des comédiens : ouvrir le plateau, déployer la bâche, fixer les pieds de renfort… le tout en 1 minute environ, le temps de l’intro musicale.

 Une rude semaine en perspective !

 

19 juin – J-8

Son et lumières

Une bande son a été réalisée par Frantz, elle contient les versions instrumentales des différents chants, les intros musicales de la pièce et de certaines scènes, ainsi que des effets sonores (orage, pluie, etc.). Les comédiens ont commencé à répéter avec : il s’agit de régler entrées et sorties selon la musique (et vice-versa), un travail qui se déroule maintenant à chacune des répétitions.

Il y aura aussi des lumières : le spectacle se terminera aux alentours de 22 heures, quand la luminosité a déjà commencé à baisser. C’est Matthieu qui orchestrera la partition lumineuse avec trente projecteurs et des lumières de scène.

son1.jpg

Il y aura donc besoin de courant, de beaucoup de courant : des électriciens bénévoles ont déjà fait le tour des six lieux de représentation pour vérifier les branchements électriques et assurer le lien avec l’EDF. Merci à Ambroise.

Son, lumières, bricolage : ce sont en tout près de dix personnes qui s’activent en coulisses à la technique.

18 juin – J-9

Chants

La pièce comporte de nombreux chants. C’est en effet à la base une pièce musicale. Plusieurs chants ont été supprimés pour alléger le spectacle, mais les comédiens en chanteront trois ou quatre, plus deux diffusées par la sono.

Les chants sont maintenant répétés tous les soirs, sous la direction d’Anouch. Travail de la voix, mémoire et rythme.

sophieg5.jpg

Barbe en coton, perruque en ficelle…

 

17 juin – J-10

Le metteur en scène 

Metteur en scène, sacré boulot ! Régler les scènes, le jeu de chacun, corriger les défauts de voix et d’attitude (et ça ne manque pas), caler les entrées et les sorties, trouver le bon rythme, encourager les comédiens. Faire donner à chacun le meilleur de lui-même, faire naître les personnages du plus profond des acteurs, esquisser les situations, poser les ambiances et souligner les enjeux… Le metteur en scène écrit en quatre dimensions avec des personnes de chair et de sang.

Et aussi, il pense aux costumes, aux accessoires, aux lumières et au son, il fait travailler les cavaliers et veille aux chants… Et porte tout le poids de tout cela sur ses épaules.

Alors, bien sûr, il y a des sautes d’humeur, des soirs sans, des ambiances électriques. Mais aussi beaucoup de rires, de sourires et de générosité pour pousser ses comédiens en avant, ces pauvres débutants à qui il faut répéter cent fois la même chose avec une patience infinie… ou presque.

On lui pardonne tout, car il sait lever le coude et aime le bon vin.

michel1.jpg     michel2.jpg     michel3.jpg

Michel Dibilio, metteur en scène

 

15 juin – J-12

Bataille de jambons

Bataille de jambons, combats de saucissons, échauffourée de cochonailles. Un beau combat réglé par Benoît, entre les comédiens et les spadassins de Vallombreuse venus enlever Isabelle. Mais on ne vous dira pas qui, de la râpière ou du jambon cru, aura le dernier mot…

Mais attention à la sécurité, un accident est si vite arrivé. Comme vous le confirmeront un cavalier blessé à la cuisse, un comédien au dos douloureux et une actrice à la cheville qui enfle…

Pourvu qu’il en reste le 27 juin !

spadassins à cheval

14 juin – J-13

Beaucoup de premières

Pour la première fois, les comédiens sont montés sur le chariot. Il s’agissait d’éprouver la solidité du plateau et du rabatant qui permet d’agandir la scène une fois déplié. Quinze personnes dansant, tapant et sautant. Le chariot ne s’est pas effondré : la construction va pouvoir se poursuivre. Quand au cheval de trait, aimablement prêté par l’association Pin de vie, il est arrivé à Cornillon, où il pâture paisiblement en attendant son tour. Spécialiste du débardage en forêt, il ne devrait pas avoir de mal à tirer le chariot.

Pour la première fois, cavaliers et comédiens ont répété ensemble les deux scènes où les cavaliers interviennent. Sbires de l’affreux Vallombreuse, ils l’accompagnent quand celui-ci veut chasser la troupe de sa forêt et faire pendre le pauvre Agostin. Puis ils participent à l’enlèvement de la belle Isabelle. Répéter ensemble déplacements et enchaînements : un impératif pour la réussite des scènes et pour la sécurité de tous.

Pour la première fois, les comédiens ont joué la totalité de la pièce, en costume et avec les chants et les duels. Un grand souffle d’énergie pour tous, le plein d’énergie et de complicité. Et beaucoup de détails à travailler.

embuscade

Pour finir, grand repas ensemble, la vie est belle sous le signe de Thespis !

 

13 juin – J-14

Accessoires : que manque-t-il ?

Réunir tous les accessoires n’est pas une mince affaire. Le plus gros étant le chariot des comédiens, suivi de la calèche du marquis et de la marquise…

L’épée de bois de Matamore, les épées des seigneurs et les râpières des spadassins avec leurs fourreaux, le pistolet du brigand Agostin, les bâtons des bastonneurs, l’éventail de la marquise, la canne du marquis, la rose d’Isabelle, les chapeaux des beaux messieurs et les perruques de tout le monde.

Et puis les saucissons et les jambons des comédiens, le masque de Matamore (puis de Fracasse). Une nappe, un foulard. Quatre chaises, deux tables, des verres et une carafe. Quelques paires de chaussures.

saucissons       épée    chapeau

Et des mobylettes, a dit le metteur en scène. Au cas où les chevaux tombent en panne…

Suspense : que vont-ils oublier ?

12 juin – J-15

Le chariot des comédiens : ça bricole dur

Une charrette à transformer en scène ambulante : logis des comédiens, abri pour leurs accessoires, et scène dépliable !

chariot des comédiens    construction du chariot

Il faut donc ajouter des ridelles qui, rabattues, agrandiront la surface de la scène, une bâche et son armature soudée, etc. Tout ceci doit être solide et, surtout, facile à déployer : les comédiens ont environ quatre minutes pour installer leur scène après l’arrivée du chariot, pendant que le conducteur détèlera le cheval.

En attendant, ça découpe, ça cloue, ça visse, ça soude…

11 juin - J-16

Habituer les chevaux

Le travail avec les chevaux n’est pas une mince affaire : il faut les habituer les uns aux autres (et à l’âne qui leur tiendra compagnie), les habituer au comédiens, à leurs voix et à leurs mouvements, les faire travailler…

Question : est-il encore temps de régler l’enlèvement d’Isabelle par les spadassins à cheval, ou vaut-il mieux l’enlever à pied ? surtout quand un des cavaliers se blesse et doit se reposer.

A suivre…

10 juin - J-17

Costumes presque prêts

Les costumes sont presque tous prêts, rajustés à la taille des comédiennes et comédiens ou en cours de finition. Les comédiens ont pu déjà les essayer en répétition (voir l’album).

Hélène, la couturière

Manquent encore quelques bas et perruques, et des chaussures ad hoc pour quelques-uns de ces messieurs (baskets et chaussures de marche ne sont pas acceptées).

Enfin, le flamboyant costume de Matamore est en cours de réalisation.

Côté accessoires : râpières, dagues, perruques, jambons et saucissons en carton : tout est là. Il reste des mannequins de paille à confectionner.

 

Publié dans : ||le 12 juin, 2008 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

DANSE avec les étoiles |
Ex-Pression |
CATGRR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ma peinture
| AKHESA
| bricoles